Rechercher
  • Camille GRIMAUD

La RELIANCE ou comment la médiation équine (ré)injecte du lien dans nos vies

Avez-vous déjà entendu ce doux mot de « reliance » ? Si on devine bien le verbe « lier » en son cœur, il n'est pas toujours évident de peindre toutes les nuances de double concept. Vous vous demandez comment cela s'expérimente auprès des chevaux ou même pourquoi je parle parfois de « temps de reliance » en préambule aux séances EQUIDANSE © ? J'espère dévoiler ici une part du mystère qui plane sur ce terme… Mais naturellement rien n'en vaut l'expérience sensible et directe au contact des chevaux !


Photo : (c) EQUIDANSE


PETITE HISTOIRE DU CONCEPT


Le terme de reliance apparaît pour la première fois sous la plume de Roger Clausse1 en 1963 et s'applique alors à la sociologie des médias. Il définit la reliance comme une fonction qui contribue au renforcement des liens pratiques et symboliques de la communauté. Quelques années plus tard, Marcel Bolle de Bal ajoute à cette définition, les notions de « sens, finalité et insertion dans le sytème »2. Il s'agit donc autant de l'acte de relier que de l'état (dit état de reliance) qui résulte de cet acte. Les sociologues parlent d'une reliance agissante et d'une reliance affective. L'une est une action, la seconde est un état. Comme tout concept, la reliance a son ami antagoniste sans qui elle n'aurait pas d'existence : j'ai nommé la déliance ou l'absence de liens, la rupture de ceux-ci.

Ce bref état définitionnel du concept posé, on peut dire qu'expérimenter un état de reliance est œuvrer à rompre l'isolement et renouer des liens primaires fonctionnels.

LA RELIANCE EN MEDIATION EQUINE


Penchons nous un instant sur le sens anglais de « reliance » qui signifie « confiance, soutien et appui ». Qui n'a jamais rencontré un cheval, CE cheval, compagnon de vie loyal sur qui on peut compter et parfois se reposer ? Qui n'a jamais éprouvé la force tranquille de cet animal qui nous porte et nous soutient au sens propre ? Le sens anglais rejoint ici les missions de la médiation équine qui tend à faire expérimenter cet état de reliance. Grâce au contact avec un cheval, il sera petit à petit possible de retisser des liens entre la personne et le système dans lequel elle évolue (entreprise, groupe familial ou social par exemple) mais aussi entre la personne et son « moi intérieur » souvent mis sous cloche.


Mais si il s'agit de retisser des liens, c'est donc qu'ils ont été malmenés ? Les modèles rationalistes de nos sociétés poussent à diviser pour mieux régner et instillent donc de la déliance là où il y avait du lien. Les groupes sociaux primaires se disloquent, la terre disparaît sous des masses de goudron, les croyances font grise mine... Si la technologie propose un ersatz de reliance grâce aux vitrines des réseaux sociaux, nous n'y sommes pas et le lien maquillé s'efface.

Consciente des conséquences psychologiques, physiques et sociales que cause la rupture des liens fondamentaux, il m'importe de ré-insuffler du sens et donc de la reliance dans nos vies pour nous préserver d'une totale deliance existentielle.

Deux enjeux sont donc à l’œuvre en médiation équine : la reliance à soi-même – primordiale - et la reliance aux autres et au monde. En entamant un travail sur soi au contact des chevaux, il devient possible de questionner son rapport à soi et son identité (= reliance sociale) mais aussi expérimenter la fraternité, la solidarité et le travail avec l'autre (= reliance aux autres et au monde). Jean Maisonneuve3 dit à propos du concept de reliance : « Il s'agit d'un concept charnière indispensable en psychosociologie : il permet de relier les situations collectives où l'individu est sans cesse immergé […] et les processus psychologiques qui confèrent leur sens à ces situations en fonction d'une dynamique personnelle ». Cette dynamique personnelle dont il fait état sera toujours la base de travail de votre praticien en médiation équine. Je pars de vous, de ce que vous êtes à un instant T et je travaille à réinjecter du lien là où il y a rupture et déliance.


Photo : (c) EQUIDANSE

EXEMPLES D'APPLICATION EN MEDIATION EQUINE CHEZ EQUIDANSE


1. En accompagnement par le cheval et la voix, je fais le choix de commencer chaque séance par un temps de reliance. Ce moment privilégié avec le cheval vous appartient pleinement. De ma voix, je guide et oriente vos caresses pour vous amener à entrer physiquement au contact direct de l'animal. Je vous propose également quelques « jeux » qui vous permettent de développer un lien avec l'animal pour qui vous devenez un centre d'attention prioritaire. Le temps de reliance est donc un temps de détente et d'entrée dans la séance. On pose les valises et on tisse des liens avec l'animal.

2. De la même manière qu'en accompagnement, ma voix va guider les débuts de vos séances EQUIDANSE © et orienter votre mise en contact et vos caresses pour vous encourager à lâcher-prise et à vous en remettre au cheval. Selon la thématique qui sera la vôtre, la reliance pourra prendre des formes diverses : relaxation, exercices d'equicoaching, visualisation, travail en liberté avec le cheval, etc. Quelque soit la forme de ces instants, ma priorité demeurera toujours la qualité de la relation que vous nouez avec l'animal : douce et authentique. J'adapte mes propositions à vos besoins. Je souhaite que vous puissiez achever votre accompagnement en ayant tissé des liens réels avec l'animal, transposables dans votre quotidien et en ayant expérimenté cet état de reliance ancré et présent à vous-même.


1Roger CLAUSSE, Les Nouvelles, Bruxelles, Éditions de l’Institut de Sociologie, 1963. 2Marcel BOLLE DE BAL, “RELIANCE, DÉLIANCE, LIANCE : ÉMERGENCE DE TROIS NOTIONS SOCIOLOGIQUES”, De Boeck Supérieur, « Sociétés », 2003/2 n°80, pages 99 à 131

3Jean MAISONNEUVE, Introduction à la psychosociologie, Paris, PUF, 1973, p. 155.

36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout